Maty Diouf, adjointe au Maire de Nice.
Tel un sphinx qui renaît de ses cendres, Maty Diouf est de ces personnes qui lorsque la vie leur fait un crochepied, se relèvent et reprennent leur marche, avec encore plus de détermination. Son engagement en faveur des couches vulnérables est né d’un drame personnel: le décès de Son Premier enfant à l’âge de 14 Mois. Durant cette période noire, elle passe beaucoup de temps au Sénégal, en Casamance en particulier. Lorsqu’elle rentre en France, elle crée une association d’aide aux mères célibataires du Sénégal. Et c’est lors d’une soirée caritative organisée à Nice, qu’elle fait la connaissance du Directeur de Cabinet de Christian Estrosi. Quelques mois plus tard, on lui propose d’intégrer les listes municipales. Elle hésite, Mais finit par accepter.
En 2008, Maty Diouf devient ainsi La 1ère femme noire élue conseillère, membre du bureau métropolitain de Nice. Et pourtant rien ne la prédestinait à occuper une telle fonction.
Maty est née au Sénégal Mais n’a pas connu son père, décédé très jeune. Sa mère se remarie à un Français. C’est à l’âge de 5 ans qu’elle débarque donc en France dans le quartier cossu de Neuilly sur Seine. Puis la famille s’installe sur la Côte d’Azur, à Nice. Son père d’adoption, gaulliste convaincu la fait adhérer au Rassemblement pour la République (RPR). Mais plus que Tout, lui apprend à être une citoyenne modèle et l’incite à exceller dans Tout ce qu’elle fait. Et ses conseils lui seront très utiles par La suite. En effet, alors que Maty a 23 ans, Son père adoptif meut brutalement. Les difficultés s’accumulent pour la famille qui jusque là avait vécu dans un environnement bourgeois. Maty doit alors abandonner ses études de droit pour trouver un travail qui lui permettrait d’aider ses proches.

Malgré les embûches, elle s’accroche et refuse de baisser les bras.
Cette force de caractère lui permettra d’ailleurs de toujours rester debout face aux difficultés et à l’adversité. Car Maty n’a pas que des admirateurs à Nice. Son combat en faveur de la diversité et de la lutte contre l’exclusion en a fait la cible de l’extrême droite. Mais il en faut plus pour intimider celle qui se définit comme une citoyenne du monde. « Je sais d’où je viens. Je suis profondément sénégalaise et fondamentalement française – niçoise même ». Et Nice lui rend bien cet attachement car,
en 2014, elle est réélue. Aujourd’hui, Maty Diouf est adjointe au Maire de Nice en charge des droits des femmes, de la lutte contre les discriminations et de la Francophonie. Malgré toutes ses responsabilités, elle a décidé de repartir aux études et prépare actuellement une maîtrise en gestion administrative et communication.
En novembre 2017, La Côte d’ivoire La fait Chevalier de l’ordre national du mérite.
Pour ce parcours inspirant, nous lui décernons le titre de Super Lady de la semaine.
Ndourette

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here